Voyages ornithologiques autour du monde

Venez avec nous à la découverte de la gent ailée et du monde sauvage !

11 jours au pays des ours ! - avril 2006




Rendez-vous jeudi 21 avril à 9h30 devant les guichets d’embarquement. Premier contact entre les 16 participants + notre guide et organisateur(vous avez remarqué, ça fait GO) : Lionel Maumary. Et départ pour Bucarest, via Vienne. Nous sommes attendus et pris en charge par Catalin Stoenescu, guide d’EcoAdventure et en route pour les Carpates… 7 heures de car! Ouf, un bon souper nous attend, on commence à mémoriser nos prénoms…


Vendredi, c’est sous la neige et guidés par László Szeley-Szabó (ornithologue, photographe et spécialiste des ours) que nous parcourons en tous sens une forêt pour observer la Chouette de l’Oural. Seuls 2 ou 3 chanceux pourront entrevoir son ombre fantomatique au vol ! Nous pouvons ensuite admirer une cigogne noire sur son nid: génial! Et les émotions ne font que commencer: en fin de journée, nous sommes dispatchés dans 4 affûts pour essayer de voir des ours… Et c’est le souffle coupé que nous avons observé le premier ours qui se détachait sur la neige… incroyable mais vrai! Les hommes en ont même oublié de chuchoter… et on ne sentait plus le froid.


Samedi, nous partons en excursion avec le car et le pique-nique dans la soute… Au bord du lac de Sinpaul, c’est un mâle de Bergeronnette citrine que nous découvrons avec émerveillement et des dizaines d’Hirondelles rustiques dont le plumage brille dans le soleil. Le chauffeur doit souvent s’arrêter rapidement chaque fois qu’il entend «STOP» depuis le fond du bus… C’est Lionel qui a vu un couple de Pie-grièche grises sur le nid, une Chouette chevêche sur un toit, un couple d’Aigles pomarin qui parade, 20 à 25 Coucous gris sur une distance de 500 m., etc. Résultat, nous arrivons un brin en retard pour rejoindre les affûts… Excellentes conditions d’observation. Et encore des ours: extraordinaire! Une équipe a même pu observer une femelle avec son jeune avant d’être dans l’affût… Au retour, László était déçu: une équipe avait seulement aperçu une silhouette, il faisait déjà presque nuit.


Dimanche, après un déjeuner avec de la confiture aux myrtilles, ouf, c’est la dernière fois que Philippe pourra contrôler si on s’est bien tous lavés les dents!, départ en direction du Delta. Après 12 heures de route, y compris quelques arrêts pour s’extasier devant un vol de pélicans, nous arrivons à Tulcea à 21h00 où nous embarquons sur notre hôtel flottant. Le Danube est en crue (décennale), environ 4-5 mètres en dessus du niveau normal. Nous prenons possession de nos chambres et hop, à table pour un excellent souper. Nous sommes tous autour d’une grande table et le bateau rien que pour nous…c’est génial et tellement sympa.

Et nous voilà partis pour 7 jours à la découverte du Delta, accompagnés par 2 excellents guides: Lionel et Andu Dorosencu (guide local). Deux passionnés aux petits soins pour que chacune et chacun puisse observer dans les meilleures conditions possibles: télescope, jumelles ou tellement près que c’est parfait à l’œil nu! Au cours des 2 premiers jours, nous parcourons la région «Dobroudja» avec arrêt à Denistepe où Andu nous dit de regarder un Grand corbeau et Lionel de répondre: «regardez pas, regardez pas», il avait une Buse féroce dans son télescope… On en rit encore. Des Oedicnèmes criards et des centaines de Sousliks. D’où le leitmotiv du voyage: le souslik c’est fantastique! Une colonie de Faucons Kobez et de Corbeaux freux à Corbu, dans les Gorges de Cheia: un couple de Traquets Pie dans le soleil couchant… un Rossignol progné dans la forêt de Babadag qui joue à cache-cache et une colonie de Mouettes mélanocéphales à Murghiol. Dès mercredi, nous naviguons dans le Delta. Nous découvrons des paysages extraordinaires, au milieu de nulle part, avec le chant des crapauds à ventre de feu comme ambiance sonore, c’est époustouflant. Les journées sont bien remplies et le personnel du bateau nous chouchoute: bons petits plats, table toujours décorée… et même le sourire chaque fois qu’ils doivent nettoyer après notre passage avec des souliers pleins de terre! Soirées occupées à noter toutes les espèces que nous avons pu observer au cours de la journée. Quel boulot… Souvent ponctuées par de mémorables fou rires, des «during the trip», mais aussi plus sérieusement par de grandes discussions sur la nomenclature!!


Un de mes soucis en préparant ce voyage, c’était mon niveau de connaissance des oiseaux. Et bien, si effectivement, sur les 16 participants, il y en avait de très chevronnés et d’autres un peu moins, tout le monde était animé par la même motivation, enthousiaste et toujours prêt à partager ces moments de pur bonheur.


Samedi soir, nous allons visiter une église où la population afflue pour célébrer la Pâque orthodoxe avant de rentrer pour trinquer à notre dernière soirée. Et nous voilà déjà prêts pour le départ: nous prenons le bus à 8h00, direction Greci où nous cherchons vainement le Faucon sacre devant une falaise. Andu nous avait préparé un plan. Nous voyons bien son aire qui doit être occupée (fientes fraîches) mais rien en vol. Il faudra revenir… Arrivée à Bucarest à 17h00, embarquement après un contrôle sévère, mais bien ri! Et voilà le seul point négatif du voyage, c’est, qu’arrivés à Genève, il a bien fallu se dire au revoir!

Marie-Claire Rapin